Recherche

Trafalgar

Coups de plume d'un condottière sédentarisé

Rosalía, douleur et gloire du flamenco

Rosalía_Rising_Star

Avec deux albums au compteur et un engouement des deux côtés de l’Atlantique, la chanteuse catalane défile en wheeling sur les sommets des charts et récolte les louanges de nombreux admirateurs, de Pharrell Williams à Pedro Almodóvar. Vedette pulpeuse au bord de la crise de nerfs, Rosalía chamarre son flamenco sauce andalouse de RnB et d’électro. Au point d’être perçue comme l’antéchrist par ceux qui lui reprochent d’usurper une culture séculaire. Et si c’était l’artiste de la décennie ?

Lire la suite

Protégé : Les échappées belles

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

La poudre d’escampette

Ladyzunga

Lire la suite

Pornabe, la meilleure jeunesse

Le dernier numéro de la revue de Marc-Édouard Nabe, Patience, est la première œuvre de l’artiste interdite aux mineurs. On pourrait même croire qu’elle est interdite tout court, tellement tout le monde se complait dans le silence depuis sa sortie au début de l’été. Pas un journaliste ne hurle au scandale, pas une #MeToo ne balance son « porc »… Même les fans se taisent ; tant pis pour les pisse-froids !

Lire la suite

Barricata individuale

.

« La società è piena di gente che si dice raffinata e che poi non lo è, ve lo dico io, manco per un soldo. »

Lire la suite

Protégé : Temps mort

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Cent-vingt pédés sur piédestal

On se croirait dans Half-Life. Pour visiter l’exposition virtuelle de Marc-Édouard Nabe « Grands Pédés », on charge en fait un « jeu » qui rappelle le célèbre FPS peuplé de créatures malfaisantes. Sans pied-de-biche, par contre. Sur les murs de cette galerie , des aquarelles, du fusain, de l’encre… Douze tarlouzes grandioses à l’honneur, 120 toiles fascinantes.

Lire la suite

À l’ombre des jaloux en pleurs

Adieu, c’est d’abord l’histoire de deux phrères d’âme, d’armes et de sang. Phrères comme ont pu l’être avant eux tous ceux qui se sont reconnu une filiation, une fraternité avec les jeunes fondateurs du Grand Jeu, l’audacieuse et mystique revue « simpliste » lancée en 1928 par René Daumal et ses condisciples..

Octobre ensanglanté

Autre fragment d’Adieu – la revue littéraire des frères Vesper : la vidéo de lancement du n° 2. On ne sait plus si c’est un trailer ou un missile air-sol lancé depuis le firmament!

Lire la suite

Barbarino

Tout ce monde autour de moi. Depuis ce matin, ils s’agitent dans tous les sens. J’ai déjà vu une infirmière, deux garde-malades et au moins un inconnu tournoyer, s’approcher, s’éloigner, parler entre eux à voix basse. Je vais bien pourtant.

Lire la suite

Lettre à David Vesper

adieu-david-vesper-nabe-patience

Je ne sais plus très bien quel fut ton premier coup d’éclat. Celui qui m’a marqué en premier je veux dire. Sans doute les Éclats de Nabe, justement. C’est tout un genre que vous avez créé. Vivre ces moments est déjà transgressif, en soi. Les filmer, les monter et les diffuser comme tu l’as fait, ce sont des actes révolutionnaires.

Lire la suite

Sixtine de Nabe sur les conspis

Sa sortie était prévue il y a plus de trois ans. Les aléas de l’« anti-édition » auront retardé mais pas désamorcé la bombe artistico-politique de Marc-Édouard Nabe. Les Porcs est une fresque monumentale sur notre époque et une flèche décochée aux complotistes qui y prospèrent. Un véritable attentat littéraire.

Lire la suite

Derviche bourgeois

C’était le temps des ébats insouciants, des débats enfumés. Soirées enivrées de joutes verbales, de ripaille et de rêves enfantins. Chiner était ma liturgie.

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑