J’ai choisi de marcher. User mes semelles sur le béton jonché de fatra (détritus), souillé par l’urine et brûlé par un soleil de plomb. Déambuler pour apprendre à connaître les rues de Port-au-Prince, me questionnant tel Aristote sur ce que je vois, sens et entends.

Lire la suite